Répression policière et solidarité dequartier

Hier soir, le gouvernement a marqué une nouvelle fois un tournant décisif dans la répression du mouvement squat. A mettre en relation avec les dernières expulsions expéditives de la nouvelle occupation du 123 Avenue Porte de Hal et de l’Orme ce mois-ci, pour ne citer qu’eux, ainsi que cette nouvelle loi votée le 5 octobre à la Chambre des Représentants criminalisant les squatteur-euses, le Gouvernement avait donné une consigne simple à la Police : empêchez-les de manifester ! Alors que la place du jeu de balle avait mis plus d’une heure à se remplir et où plus de 300 personnes ont finalement pris la direction de Porte de Hal à l’arrivée de la samba. Nous avions à peine fait 100 mètres lorsque des robocops ont bloqué simultanément les deux entrées de la rue Blaes avec les manifestants au milieu.

C’est ainsi que nous fumes pris en nasse durant plusieurs heures sans la possibilité d’avancer ou de reculer. L’énergie collective fut solidaire et c’est dans un rythme de batucadas que nous pouvions entendre la foule scander des slogans contre la police et cette loi-antisquat. Des habitants témoins de la scène montrèrent leur solidarité en diffusant par exemple de chez eux de la musique anti-police depuis leurs balcons. Un bref contact fut alors pris entre quelques volontaires et les deux chefs de la zone de police responsables de la situation. Sans surprise la police donnait non seulement l’ordre de quitter les lieux un-e à un-e en passant par les cordons de fouille et de contrôle déployé par les larbins. Certain-es choisirent de quitter les lieux en se résignant aux injonctions tandis que la plupart d’entre nous étaient bien décidé-es à résister coûte que coûte face à cette nouvelle démonstration d’autoritarisme.

Pris-es au piège, certain-es n’avaient pas leurs papiers ou ne voulaient tout simplement pas se faire ficher. Un appel fut donc lancé aux habitants de la rue afin que ces derniers nous accueillent ou nous permettent de fuir par les sorties arrières de leur propriété. Contre toute attente, c’est exactement ce qui a fini par arriver. Plusieurs commerçant-es et habitant-es scandalisés par ces crétins de flics ont ouvert leurs portes afin qu’une petite centaines de personnes puissent prendre la fuite et échapper aux contrôles. Soudainement, l’entièreté des dernier-e-s manifestant-es resté-e s jusqu’à alors dans la nasse a totalement disparu devant les regards béats et impuissants des RG et des lignes de robots qui encerclaient à présent le vide. Peu de temps après, des marolliens ont commencé à canarder la flicaille tandis que d’autres personnes venues en soutien continuaient à mettre la pression à l’extérieur du dispositif.

C’est donc une mini victoire dans ce premier grand échec dans la rue et pour le squat de ces deux dernières années à Bruxelles. Aujourd’hui, les autorités ne veulent plus nous laisser manifester et ferment tous nous lieux autonomes un par un. Il n’y a plus de Centre Social Anarchiste, tous les squats se font fermer peu à peu avec les conséquences que cela implique pour le mouvement ainsi que les mal logés qui le composent. Peut être serait il temps de prendre du recul afin de nous réorganiser pour meilleure stratégie collective en prenant compte des nouvelles règles du jeu. Ce qui est sûr, c’est que nous ne pouvons baisser les bras car il en va de notre survie pure et simple au sein de cette société capitaliste. Nous ouvrirons encore et encore des espaces temporaires et autonomes dans lesquels nous pourrons continuer la lutte pour la liberté !

LOI ANTISQUAT => SQUAT ANTILOI !

LONGUE VIE AU SQUAT ET A SON MONDE ET MORT A L’ÉTAT IMMONDE !

L’état toujours présent pour réprimer ceux qui remettent en cause le sacro-saint droit de propriété. C’est quand même normal de laisser des batiments vides alors que des personnes dorment à la rue, que la spéculation immobilière fait augmenter les loyers, que la crise du logement persiste comme un phénomène insoluble pour les grands bénéfices des sociétés immobilières et des multi-propriétaires …

 

Sur les banderoles de gauche à droite : << De Lille à Bruxelles, squat partout ! >>
<< Avec ou sans loyers, avec ou sans papiers, SOLIDARITE avec les expulsés >>.

 

<< Non à la criminalisation de la précarité ! Non à la loi Anti-squat >>

 

<< Loi Anti-squat, Squat Anti-loi >>

 

Environ 300 personnes de toutes les générations prenne la rue, ça fait plaisir. Merci aux camarades français pour le soutien !

 

PIRATONS BXL ! Une bonne ambiance dans la manifestation, ça démarre plein d’entrain…

 

… et la rue est fermée 300 mètres après la place d’où elle était partie. L’état policier se met en marche. Quelques combis bloquent la route pendant que 3 lignes des robocops font face à l’avant de la manifestation. Très peu de temps après le même dispostif se met en place derrière les manifestants au début de la rue Blaes. La manifestation est nassée ! Une fois de plus la police joue son rôle de criminalisation des mouvements sociaux et des mercenaires de l’ordre établi. On s’était habitué à pouvoir manifester tranquillement mais selon les flics les manifestants contre la loi anti-squat auraient saccagé l’entrée du ministère de l’Intérieur lors de la première manifestation du 13 octobre. Bizarre que nuls médias n’en ait parlé de ce saccage. Ou bien rouvant une fois de plus qu’ils sont les mercenaires d’un ordre social autoritaire, les flics ont simplement utilisé ce prétexte auprès des politicards pour tuer une manifestation prometteuse dans l’oeuf !

 

Ci dessous un autre communiqué sur cette manif suivi de l’épilogue.

Car même si les flics ont renoué avec la répression préventive en nassant et en menacant d’arrestations administratives les protestataires, la nouveauté de cette manifestation fut l’aide des habitants qui acceuillirent pas mal des participants dans leurs logis leur évitant fichages et répressions !

 

On sentait bien que ça ne se passerait pas comme les dernières fois. Les informations venaient au fur et à mesure qu’arrivaient les copines et les copains sur la place du jeu de Balle ; dispositifs de flics çà et là dans le quartier, bus d’arrestation et combis à Poelaart, ministère de la justice surgardés, porte de Hal quadrillée. Le dispositif, visible comme caché, était plutôt impressionnant. Sur la place aussi, policiers en uniformes et en civil tournaient ostensiblement autour de nous. Les phares d’une voitures de police rivés vers les manifestants, l’ambiance était d’emblée tendue. Depuis un peu moins d’un an les manifestations sauvage sur le thème du logement ou du squat s’étaient vue encadré par un dispositif policier discret et avaient pu être conduite à terme sans interventions.

À 18h, Nous étions à peu près 200 à nous élancer rue Blaes dans une ambiance déterminée en direction de la porte de Hal au rythme de la samba et aux cris de « loi anti squat – squat anti loi » , « Et tout le monde déteste les huissiers ». Au bout de 200 mètres, les flics sortent de leur cachette et déboulent au bout de la rue, cette fois ci ordre à été donné de ne pas nous laisser prendre la rue. Derrière les banderoles on continue à avancer. Le piège policier se referme alors sur le cortège des deux côtés de la rue, combis et robocop s’installent.

Les flics ne laissent personnes sortir pendant plus d’une heure tout en racontant au mégaphone que pour éviter l’arrestation collective, il était possible de sortir en montrant sa carte d’identité au compte-goutte, les bleus s’amusent à renvoyer les gens qui veulent sortir de la nasse à leurs collègues de l’autre côté de la rue, et vice versa. Du coup on tient, on tente de trouver des échappatoires, la samba continuer de jouer et les gens dansent, discutent, des voisins filment depuis leurs fenêtre, mettent de la musique anti flic. Tout le monde déteste la police. Au fur et à mesure, les gens s’en vont, soit en étant fouillés et filmés de la tête aux pieds avec leurs carte d’identité, soit en trouvant refuge chez des habitants ayant ouverts leurs portes.
Comme une lueur dans la pénombre, la bienveillance du quartier aura permis de maintenir un peu le moral des nassé.e.s. Déci delà une réelle solidarité s’est fait sentir. D’accueil de nassé.e.s en jet de projectile par derrière la police, l’attitude du quartier face à l’agression et l’occupation policière est révélatrice d’un climat propre à faire naitre un peu d’espoir malgré ce grand foirage.

Tous ces faits doivent nous interroger. D’autant que quelques témoignages laissent à penser que la stratégie du « laisser faire » jusqu’alors de mise face aux manifs sauvages n’était qu’une stratégie de fichage. Lors de la manifestation du 13 octobre, un policier en civil très peu discret et planté dans le parc en face du ministère de la justice aurait exigé le départ d’une voiture de police lors de l’emmurage symbolique du bâtiment. La claire volonté de ne pas nous laisser manifester cette fois laisse à craindre a un stratagème afin de compléter leurs dossiers. La communication et le soutient de copains venus d’autres pays a sans doute joué aussi dans la mise en place de ce dispositif disproportionné. On ne peut qu’y voir une claire volonté de découragement.

Tous ces faits doivent donc nous interroger. La répression a revêtue ses vieux habits à la faveur d’un temps de plus en plus délétère où de toutes parts tout le monde se radicalise, dans la connerie et la méchanceté, comme dans la volonté de rupture avec l’ordre existant. L’état est, comme toujours à l’avant-garde de cette radicalisation et se plait à désigner tour à tour les ennemis de l’intérieur, de plus en plus ciblés, de plus en plus acculés. Il nous oblige à repenser nous aussi nos méthodes et nos moyens, mais plus encore à insister pour conserver les rares parcelles de liberté encore accessibles. Les manifs sauvages continueront, les occupations aussi. Paradoxalement, les heures passées ensemble dans cette nasse sont en soi un événement politico-culturel, qui recrée du lien, de la solidarité, et des souvenirs de vies a l’intérieur du milieu squat. Il y’a sans doute des manières moins stressante de continuer à approfondir ces liens et de les élargir. C’est la tâche qui nous est désormais dévolue si nous souhaitons continuer à expérimenter la liberté dans l’anarchie.

 

 

 

L’Arrosoir tient à vous partager l’excellente chaine youtube de DEFAKATOR !

Loin de nous enchainer à un enième média pseudo divertissant, Defakator ambitionne de bien défèquer sur les Fakes !

 

 » Conspis ton père est reptilien !  » ça sonne mieux…

Sans pour autant traiter les articles du Gorafi ou de Nordpresse, ses vidéos déconstruisent intelligemment les croyances et mythes à la base du conspirrationnisme.

Vous savez cette idéologie moisie et paranoiaque nous invitant à nous terrer  dans un bunker plutot que de prendre la rue et de lutter pour nos droits car de toute façon agir ne sert à rien car la société serait contrôlée par les hitléro-trotskystes chemtraileurs et autres illuminazis sionisto-marxistes du centre de la Terre. Outre la propagande conspis, la chaine déconstruit également la propagande du pouvoir en place. A ce titre on a adoré sa vidéo sur les nucléocrates et le miracle nucléaire qu’on nous impose !

Là v’là d’ailleurs :

A dévoirer sans modérations !!

Si vous désirez soutenir sa chaine, abonnez vous-y  !

FACEBOOK / TIPEEE  / TWITTER : @DEFAKATOR_Off

 

 

Répression policière et solidarité de quartier

Hier soir, le gouvernement a marqué une nouvelle fois un tournant décisif dans la répression du mouvement squat. A mettre en relation avec les dernières expulsions expéditives de la nouvelle occupation du 123 Avenue Porte de Hal et de l’Orme ce mois-ci, pour ne citer qu’eux, ainsi que cette nouvelle loi votée le 5 octobre à la Chambre des Représentants criminalisant les squatteur-euses, le Gouvernement avait donné une consigne simple à la Police : empêchez-les de manifester ! Alors que la place du jeu de balle avait mis plus d’une heure à se remplir et où plus de 300 personnes ont finalement pris la direction de Porte de Hal à l’arrivée de la samba. Nous avions à peine fait 100 mètres lorsque des robocops ont bloqué simultanément les deux entrées de la rue Blaes avec les manifestants au milieu.

C’est ainsi que nous fumes pris en nasse durant plusieurs heures sans la possibilité d’avancer ou de reculer. L’énergie collective fut solidaire et c’est dans un rythme de batucadas que nous pouvions entendre la foule scander des slogans contre la police et cette loi-antisquat. Des habitants témoins de la scène montrèrent leur solidarité en diffusant par exemple de chez eux de la musique anti-police depuis leurs balcons. Un bref contact fut alors pris entre quelques volontaires et les deux chefs de la zone de police responsables de la situation. Sans surprise la police donnait non seulement l’ordre de quitter les lieux un-e à un-e en passant par les cordons de fouille et de contrôle déployé par les larbins. Certain-es choisirent de quitter les lieux en se résignant aux injonctions tandis que la plupart d’entre nous étaient bien décidé-es à résister coûte que coûte face à cette nouvelle démonstration d’autoritarisme.

Pris-es au piège, certain-es n’avaient pas leurs papiers ou ne voulaient tout simplement pas se faire ficher. Un appel fut donc lancé aux habitants de la rue afin que ces derniers nous accueillent ou nous permettent de fuir par les sorties arrières de leur propriété. Contre toute attente, c’est exactement ce qui a fini par arriver. Plusieurs commerçant-es et habitant-es scandalisés par ces crétins de flics ont ouvert leurs portes afin qu’une petite centaines de personnes puissent prendre la fuite et échapper aux contrôles. Soudainement, l’entièreté des dernier-e-s manifestant-es resté-e s jusqu’à alors dans la nasse a totalement disparu devant les regards béats et impuissants des RG et des lignes de robots qui encerclaient à présent le vide. Peu de temps après, des marolliens ont commencé à canarder la flicaille tandis que d’autres personnes venues en soutien continuaient à mettre la pression à l’extérieur du dispositif.

C’est donc une mini victoire dans ce premier grand échec dans la rue et pour le squat de ces deux dernières années à Bruxelles. Aujourd’hui, les autorités ne veulent plus nous laisser manifester et ferment tous nous lieux autonomes un par un. Il n’y a plus de Centre Social Anarchiste, tous les squats se font fermer peu à peu avec les conséquences que cela implique pour le mouvement ainsi que les mal logés qui le composent. Peut être serait il temps de prendre du recul afin de nous réorganiser pour meilleure stratégie collective en prenant compte des nouvelles règles du jeu. Ce qui est sûr, c’est que nous ne pouvons baisser les bras car il en va de notre survie pure et simple au sein de cette société capitaliste. Nous ouvrirons encore et encore des espaces temporaires et autonomes dans lesquels nous pourrons continuer la lutte pour la liberté !

LOI ANTISQUAT => SQUAT ANTILOI !

LONGUE VIE AU SQUAT ET A SON MONDE ET MORT A L’ÉTAT IMMONDE !

serveimage2

La Qizine Mobile, qu’est-ce!??

La cuisine mobile est un collectif politique autogéré en lutte contre toutes formes de dominations et de discriminations. Elle est un moyen de résistance dans nos occupations, manifestations, camps ou en solidarité aux mouvements militants et tend à ouvrir des espaces de lutte, d’échange et de rencontre en autonomie face à la marchandisation du monde et de nos vies.

Sans cruautéserveimage3

Dans le soucis de développer une cuisine sans souffrance animale et moins nuisible à notre environnement, la cuisine propose des plats entièrement végétaliens (à base d’ingrédients d’origine exclusivement végétale).

Sans gaspillage

serveimage$Contre un capitalisme ravageur qui affame les paysans tout en empoisonnant les consommateurs, nous proposons des repas préparés à base de récup’, de produits frais et locaux tant que possible en fonction des moyens disponibles.

A prix libre

Parce que tout le monde a le droit de manger sain et à sa faim. Même sans le sou, on résiste mieux le ventre plein !

 

Autogérée

Notre collectif est ouvert, horizontal et participatif, à l’image de la société que nous désirons.

 

L’Arrosoir tient à faire une grosse dédicace aux potos de la Qizinne Mobile !

Nous voyons dans l’auto-organisation engagée de nos compa-héroEs la floraison du nouveau mondE qui mettra à bas toutes les tyrannies.

Bon voilà ça c’était pour les grand mots..

Descends du poney Michou… t’es allé trop loin !

Leur site : https://laqizinne.noblogs.org/

DONC SI

Vous organisez une manif’ / un camp / un rassemblement / un concert de soutien dans le cadre de luttes sociales et/ou environementales en Belgique ou aux alentours et vous cherchez du monde pour préparer la popote?

Envoyez-LEUR un mail sur qizinnemobile-discuss@unventdunord.be quelques semaines à l’avance en nous expliquant votre projet, le nombre de personnes attendues et les infrastructures disponibles (ou pas) et nous vous répondrons aussi vite que possible!

serveimage

freedomn-bass

Venez vous défouler sur de la grosse neurofunk ce samedi 12 novembre à la MJ Chez Zelle de LLN en soutien à Getting The Voice Out !

L’Arrosoir sera de la partie (avec quelques nouveautés) 🙂

LINE UP :
RHUMBLE [Hydra]
NIDREVIUM [Mentality / Kick Back]
YOTSUBA [Mentality / Kick Back]
► NAV
► ORTEIL’S
► TOMISH
+ quelques petites surprises ! 😉
P.A.F. : 5 € (carte de membre Chez Zelle à 1,50 € comprise)

/!\ Les bénéfices de la soirée seront reversés au collectif Getting The voice Out  /!\

Brochure avec récits, expériences et conseils de squatteurs belgicains !

Brochure avec récits, expériences et conseils de squatteurs belgicains !

On l’a en version papier à l’Arrosoir donc pour l’avoir, retrouvez nous où on se posera !
Et vous pouvez toujours mater où l’Arrosoir se déplacera sur l’agenda (la colonne en haut à droite).
Sinon elle est aussi disponible en version pdf grâce à Squat.net ou en lecture en ligne sur Wallonie Libertaire !

Emma Goldman

Chapitre inédit en français traduit de Living my life, l’autobiographie d’Emma Goldman, où elle narre sa première année d’emprisonnement au pénitencier de Blackwell’s Island.

La vie d’Emma Goldman est si riche que son autobiographie remplit presque mille pages en anglais. Son histoire se confond avec celle de l’anarchisme. Plus encore : son histoire débute exactement avec l’histoire de l’anarchisme aux USA. Lorsqu’elle arrive à New York, l’anarchisme n’est pas vraiment sorti des ghettos d’immigrés, souvent russes ou allemands. La plupart de la propagande est tout d’abord faite en yiddish, en russe, en allemand. Après sa libération Emma contribua à faire sortir ces idées du ghetto et à populariser l’anarchisme en apprenant l’anglais et en écrivant et donnant désormais des conférences dans cette langue. Le mouvement s’étoffe lorsqu’elle revient d’Europe. Plusieurs Britanniques ont émigré ou sont de passage aux USA, les publications anarchistes en langue anglaise se multiplient. Les combats les plus connus d’Emma Goldman furent notamment ceux pour la liberté d’expression, la liberté sexuelle, le droit à la contraception, l’égalité des femmes et des hommes, ou encore contre les guerres, toujours dans une perspective anarchiste. Emma Goldman et Sasha Berkman furent parmi les premiers à revenir de Russie (où ils avaient étés exilés), après le massacre de Cronsdat, et à se battre, contre leurs camarades même, pour dire la réalité de la dictature bolchevique, et ce dès 1921. Il serait vain de lister tous les domaines et toutes les luttes où se firent grandement sentir les idées et l’influence d’Emma et Sasha.

Or, cette admirable autobiographie n’a pas été traduite en français. Il n’existe qu’une traduction partielle et adaptée, de 300 pages environ, de laquelle des passages, voire des chapitres entiers ont été supprimés, et la plupart des autres remaniés. Tous les chapitres concernant sa vie en prison ont été soit grandement diminués soit totalement supprimés. Ainsi en est-il de celui qui suit, totalement inédit en français. Il s’agit du chapitre 12 de Living my life, traduit de l’édition Dover, New York 1970. Malheureusement, n’ayant pas l’original sous la main au moment de la mise en page, j’ai reformé les paragraphes moi-même, en espérant ne pas avoir fait trop d’erreurs. Je rajoute avant le chapitre 12, un petit résumé des événements qui l’ont conduite en prison et le dernier paragraphe du chapitre 11.

Je n’ai pas féminisé particulièrement le texte. Néanmoins, l’anglais ne s’embarrassant pas de distinction de genre la plupart du temps, j’ai parfois indifféremment employé le féminin ou le masculin là où les deux pouvaient s’appliquer. Un grand merci à Alice pour ses corrections. [Nota del traductor]

Un an au pénitencier de Blackwell’s Island est brochure courte, facile à lire et ayant un ton plutôt léger tout en abordant un thème assez pesant qu’est l’incarcération. Emma Goldman s’exprimait salement bien !!!!!! On l’a en version papier à l’Arrosoir donc pour l’avoir, retrouvez nous où on se posera ou imprimez la version papier ou bien lisez là en ligne sur infokiosques.net.

On cherche des lecteurs qui seraient chauds faire des petites critiques de brochures histoire de donner envie de les lire aux autres !
Pas besoin de pondre un bouquin juste quelques lignes ça suffit. Bien évidemment on a lu toutes les brochures qu’on propose mais on est pas trop balèze dans la critique de la qritik de la criquite de la quekirkirk ^^

Et si vous voulez nous aider à poser la table de presse, rejoindre le collectif ou que vous la voulez chez vous.. écrivez nous à larrosoir1312@riseup.net

Escapando de la crítica, Pere Borrell del Caso, 1874

Escapando de la crítica, Pere Borrell del Caso, 1874

La crew de l’Arrosoir va se poser dans les Vosges chez les Caracoles Sagars le 7 et le 8 octobre ! La révolution n’a pas de patrie !

Festival alternatif à Plainfaing dans les Vosges.

Festival alternatif à Plainfaing dans les Vosges.

Plus d’infos sur le site des Caracoles Sagars !

L’Arrosoir est fierE de vous présenter PARTOUT ET NULLE PART un nouveau petit journal anarchoshlag !
C’est un journal participatif, envoyez leur vos articles, bisoux & insultes à partoutetnp@riseup.net
Le lien de téléchargement est  >>> ici  <<< !

"La guerre sociale" vieux journal anarchiste du 19ème siècle

Page suivante »