All posts by Camille 1312

[Histoire] 1886, première insurrection anarchiste en Belgique

 

Article wikipédia

Le contexte

En 1886, la Belgique traverse une grave crise économique : forte baisse des salaires, chômage généralisé, journée de treize heures pour ceux qui ont du travail3 et absence de politique sociale4,5.

Politique

Le suffrage censitaire est à cette époque d’application en Belgique. Seul ceux qui payent le plus d’impôts disposent du droit de vote. Autrement dit, 2% de la population détiennent le droit de se rendre aux urnes6. Les ouvriers ne sont pas représentés durant les élections, n’ayant pas assez de revenus pour payer le cens. C’est le parti catholique qui remporte les élections cette année-là face au parti libéral, l’autre grand parti du moment6.

Social

Les conditions de vie sont déplorables. Les foyers sont chargés d’humidité, les infections et les maladies se propagent rapidement et les logements sont souvent étroits pour les familles qui s’entassent dans une seule pièce6.

Les ouvriers dépendent des patrons qui ont le sort de leurs salariés entre les mains. Ils peuvent les engager et les renvoyer à leur convenance, en fonction du marché, en vue de produire un maximum de bénéfice. Habituellement, le logement dans lequel les travailleurs vivent est propriété du patron de l’entreprise pour lesquels ils travaillent. Lorsqu’un employé se fait congédié, il perd son travail mais également sa maison. Aucune aide sociale n’est mise en place pour l’aider à vivre et son sort dépend des œuvres de bienfaisance ou des hautes familles bourgeoises7.

Les modalités de travail sont laborieuses pour les hommes, les femmes et pour les enfants. Des jeunes de 12 à 14 ans se retrouvent à œuvrer dans les charbonnages pendant plus de 12 heures par jour sans empocher assez d’argent pour subvenir à leurs besoins primaires8.

Ces facteurs vont enclencher en Belgique, en 1886, des grèves ouvrières9. Les travailleurs exigent plus de considérations. Les mineurs sont nombreux à être malades. Ils sont traités comme des animaux et remplacés par des ouvriers étrangers qui sont dans de pires conditions. Un travail est dur à trouver. La diminution du salaire n’est prévenue que lorsqu’ils le reçoivent. Ils exigent une rectification positive des caisses de pension10.

Les grèves

À Liège et environs

L’affiche du Groupe anarchiste révolutionnaire de Liège.

Le 17 mars, un groupe d’anarchistes va coller sur les murs de la ville un bon nombre d’affiches faisant appel aux travailleurs11,12. Ces affiches vont mettre en avant les conditions de vie auxquelles les ouvriers sont confrontés. Voici un passage de cette affiche « Continuerons-nous à laisser nos femmes et nos enfants sans pain, quand les magasins regorgent de richesses que nous avons créées. Laisserons-nous éternellement la classe bourgeoise jouir de tous les droits, de tous les privilèges et refuser toute injustice et toute liberté à ceux qui la nourrissent, à la classe des producteurs »13. Ce groupe d’anarchistes donne rendez-vous aux ouvriers le jeudi 18 mars à la place Saint-Lambert pour célébrer le 15e anniversaire de la commune de Paris13.

Jules d’Andrimont, le bourgmestre libéral de Liège autorise la manifestation car selon lui, le groupement anarchiste « était d’étendue et d’activité aussi récente que faible »14. Pour cette raison, le bourgmestre prévoit 22 agents de police sur les lieux15.

Le jeudi 18 mars les ouvriers se rassemblent et sont plus nombreux que prévu16. Contre toute attente, plusieurs milliers d’ouvriers, de jeunes chômeurs, des femmes, répondent à l’appel des anarchistes liégeois dont Jean-Joseph Rutters et Édouard Wagener4. La foule crie : « Vive la République ! », « Vive la Commune », « Vive l’ouvrier ! », tandis qu’on chante La Marseillaise17,3.

Le cortège commence à 19 heures et dure une demi-heure, sans débordement. À 19h30, les ouvriers sont réunis sur la place Saint- Lambert13. L’agitation commence à se faire sentir. Wagener, l’un des membres du groupe anarchiste prend la parole et prononce un discours : « Citoyens ouvriers, vous venez de passer par les rues les plus riches de la ville. Qu’avez-vous vu ? Du pain, de la viande, des richesses et des vêtements. Eh bien ! Qui a procuré cela ? Est-ce vous ? (…) Vous tous crevez de faim, vous n’avez pas à manger, vous n’avez rien sur le corps. Non ! non ! Eh bien, vous êtes des lâches »16. Suite à ces paroles un deuxième cortège a lieu18.

Trois à quatre mille personnes manifestent, harcelées par la police, la gendarmerie, la garde civique (milice bourgeoise), les charges de cavalerie. Lors du passage du cortège dans les quartiers riches de la ville, des boutiques sont pillées. Cette fois, en moins de 10 minutes des vitrines de magasins sont brisées, les enfants lancent des pierres dans les magasins ouverts, les biens publics sont saccagés, du pétrole enflammé est projeté sur les gendarmes à cheval. Des coups de feu sont échangés. La police n’a pas le temps d’intervenir18.

À 20h30, les autorités communales se rassemblent à l’Hôtel de ville. Le bourgmestre M. Andrimont, envoie les gendarmes et une compagnie de chasseurs au « Quai des pêcheurs » (aujourd’hui, quai Édouard Van Beneden) qui se situe près de la place Delcour pour empêcher tout autre débordement. Des bagarres ont lieu et les manifestants se dirigent vers les rues voisines. Plus ou moins 500 manifestants se trouvent au centre-ville où des scènes de pillage et de violence ont lieu19.

À 21h30 les gendarmes ainsi que le bourgmestre arrivent sur la place Saint-Lambert accueillis par des huées. Des arrestations ont lieu. Affrontements et pillages durent toute la nuit : 17 blessés, dont 6 du service d’ordre, 104 immeubles endommagés17. Wagener et 46 autres personnes sont arrêtées20. Le lendemain, le calme revient4

Sans relation directe avec les événements de la veille, le lendemain, les mineurs du Charbonnage de la Concorde de Jemeppe-sur-Meuse arrêtent le travail. Ils réclament une augmentation de salaire21.

Le 20 mars, les arrêts de travail se poursuivent jusqu’à Ougré, Seraing, Flemalle et Tilleur malgré les mobilisations de l’armée qui tente de prévenir les regroupements spontanés. Plus les grèves se répandent et plus la violence augmente15,22. Afin d’éviter l’extension de la grève « tous les passages entre les deux rives du fleuve sont filtrés ; seul un laisser-passer délivré par les bourgmestres, donne une possibilité de communication »23.

Dans les jours qui suivent, les autorités rassemblent des renforts de carabiniers, de lignards, de lanciers, des pelotons de marche de la gendarmerie venant de Bruxelles, Namur, Louvain, Waremme, Aywaille, Louveigné, du Limbourg et du Luxembourg. « Une véritable petite armée – flanquée de batteries d’artillerie, de compagnies du génie et des services d’intendance » selon l’historien Frans van Kalken3.

Dans le bassin de Seraing, la cavalerie est composée de 120 hommes24. Le bassin de Seraing est alors comme en état de siège. L’armée et la gendarmerie occupent les points stratégiques : maisons communales, gares, carreaux de charbonnages, passages à niveau3.

Ils sont disposés à une certaine distance les uns des autres pour assurer la sécurité des propriétés et des grandes industries. La sécurité est dure à établir car les groupes d’anarchistes débarquent par groupe de 100 à 150 personnes pour détruire les lieux24.

Dans la nuit de samedi à dimanche, des pillages ont lieu à Jemeppe, Tilleur et Saint-Nicolas. Ici, des maisons, des magasins, sont pillés et volés. Les gendarmes ne sont pas suffisants, des appuis sont arrivés de Namur, Louvain et Liège24. Le dimanche après-midi, une réunion a lieu à Seraing. Leermans, le conseiller communal, prononce un discours en faveur du suffrage universel. Il demande également aux ouvriers de se calmer25.

Suite à ces mouvements, des arrêtés communaux sont communiqués. Les fenêtres et portes donnant sur la voie publique doivent être fermées, on ne peut plus circuler librement, il faut un permis de circulation du bourgmestre. Les bourgmestres des périphéries de Liège ont par arrêtés, imposé aux tenanciers de bars de fermer à 19h. (p. 33 DT) Malgré ces mesures, la grève se propage dans les charbonnages25.

Le 24 mars, le tribunal correctionnel de Liège condamne à des peines allant de quatre à seize mois de prison une quarantaine de prévenus, inculpés d’avoir pris part à « l’affaire des anarchistes du 18 »3. En tout, ce seront 77 condamnations qui seront prononcées26.

À partir du 25 mars, le calme revient à Liège et certains ouvriers reprennent le travail21.

Dans le Hainaut

La « fusillade de Roux » du 29 mars 1886 (Le Monde illustré du 10 avril 1886).

Le 25 mars, à Charleroi, un début de grève au charbonnage du Bois Communal de Fleurus a lieu en raison de la remise du salaire de la veille21. Les ouvriers étaient mécontents de ne pas voir leur salaire augmenter27. Tôt dans la matinée, 190 ouvriers partent du charbonnage et se dirigent vers la société du Nord de Gilly28. Ils demandent à ce que la trait du matin soit remontée sous peine de couper les cordes. Beaucoup d’ouvriers arrêtent leur travail, d’autres rentrent chez eux. Le groupement se rend dans tous les charbonnages pour y faire arrêter le travail et exiger que les ouvriers remontent de la fosse27. Il y a beaucoup de violence. Les grévistes menacent les ouvriers désirant continuer le travail de couper les cordes ou encore de les jeter dans la fosse29. A 15 heure, le mouvement rassemble 500 à 600 personnes30. Lors de cette journée environ 30 arrestations ont lieu.

Le 26 mars 1886, les houillères du bassin de Charleroi cessent leur activité. Un rassemblement a lieu à 9h sur la place de Gilly où un millier de personnes répond à l’appel. La plupart des grévistes sont armés d’objets dangereux31.

A 10h, la foule commence à se déplacer. D’abord vers les Usines Robert directement mises à l’arrêt. Ensuite, à la verrerie Brasseur saccagée et mise à l’arrêt également. Ce sont ensuite deux puits d’extraction du Mambourg qui sont mis à l’arrêt. Les ouvriers au chômage n’avaient pas peur de détruire le matériel car il n’était plus symbole de leur salaire étant donné que ce matériel n’était désormais accessible qu’à quelques personnes. Ils n’avaient non seulement pas peur de le détruire mais il était nécessaire de le faire31.

Dans l’après-midi du 26 mars, des mineurs en grève organisent des piquets volants et arrêtent les laminoirs, les fonderies et les verreries de la région. Le bourgmestre de Charleroi, Jules Audent, leur interdit l’accès au centre de la ville. Les ouvriers se replient vers les usines dans les faubourgs de la ville.

Deux groupes de grévistes se forment à Charleroi-Nord : Le premier se rend à la verrerie Jonet où tout ce qui peut être détruit l’est, la production vitrière finie ou semi-finie, les fours, les verres en fusion, … Tout est saccagé. Le même sort est réservé aux autres verreries de la commune. Le deuxième groupe se rend à Dampremy et investi les entreprises verrières. Le groupe enjoint les ouvriers à cesser leur travail avant de vandaliser les lieux31.

Vers 16h à Jumet, entre 5000 et 6000 personnes se rendent à la verrerie Baudoux . La foule est comme atteinte de folie tant la haine est immense. Absolument tout est détruit par le feu. Après cela, la foule s’en prend au château de M et Mme Baudoux, si grand qu’il ne déclenche que plus de colère dans la foule qui s’empresse d’investir les lieux pour tout saccager et dérober les vins et champagnes, la soierie, les habits de cérémonie et les penderies. Les pertes sont évaluées à 2 millions32.

Non loin de la demeure Baudoux se trouve la demeure patronale de Mondron où toute la famille est réunie. Les ouvriers s’attroupent autour de la maison mais Mondron réussit à les faire partir en leur donnant de l’argent et du pain33.

Pendant ce temps-là, aux environs de 20h, la brasserie Binard du bourgmestre de Châtelineau, les verreries de l’Etoile , les hauts-fourneaux de Monceau, du Ruau et du puits n°4 de Martinet subissent le même sort33. A 21h, les grévistes se rendent à la glacerie de Roux où l’établissement est détruit par le feu. Des troupes envoyées par le ministre de la guerre sur demande du lieutenant-général Vander Smissen arrivent sur les lieux et font usage de leurs armes. Ils font 5 morts et une douzaine de blessés34.

Le 27 mars, la région de Charleroi est placée en état de siège. Le gouvernement rappelle alors 22 000 réservistes de l’armée et charge le lieutenant-général Alfred van der Smissen de rétablir l’ordre. A 7h, Vander Smissen et les troupes arrivent à Charleroi. Il donne l’ordre d’arrêter à tout prix les émeutes et autorise tous les habitants à s’armer afin d’assurer eux-mêmes leur défense34. C’est alors que des patrouilles bourgeoises s’organisent. Les bourgeois s’arment de fusils de chasse et de revolvers33.

Alfred van der Smissen donne l’ordre de tirer sur les grévistes sans sommation35 et une nouvelle fusillade a lieu dans la journée à Roux, lorsque des grévistes croisent une patrouille de bourgeois. Une dizaine de personnes sont mortes33.

Le mouvement de colère prend de l’extension dans tout le bassin Carolo : A Marcinelle, Fleurus, Ransart, Gilly, Soleilmont, Marchienne, Courcelles, les charbonnages, demeures patronales et abbayes sont toutes saccagées. La dispersion de la foule dans toutes ces communes de la région rend impossible la protection des lieux par les autorités33.

A la demeure du directeur du charbonnage de Trieu-Kaisin, plusieurs hommes tentent de s’introduire. Un soldat posté à la fenêtre du premier étage ouvre le feu. Il tue deux d’entre eux et fait un blessé grave. Ce soir-là, une affiche est collée dans toutes les rues de Charleroi, le bourgmestre invite les gens à rester chez eux36.

Le 29 mars 1886, le lieutenant-général Vander Smissen triomphe sur les émeutes37. On compte plus d’une vingtaine de morts parmi les manifestants dont douze tués dans la seule « fusillade de Roux »38,35, et des centaines de blessés5.
[ça fait donc plus de 150 ans que la famille de VDS joue le rôle cerbères du patronat]

Le 30 mars, les funérailles des grévistes morts durant les fusillades ont lieu. Vander Smissen prévient que les funérailles n’auront pas intérêt à être le lieu de nouvelles émeutes39.

Liens

Emission de la RTBF avec Julien Dohet.

[Analyses] Il n’y a pas de sujet révolutionnaire

Indymedia Nantes / samedi 16 mars 2019

Il y a plus d’un siècle et demi, un philosophe d’Allemagne, grâce au mécénat d’un industriel lui aussi ouvriériste, écrivait et publiait des théories sur le rôle messianique du prolétariat, classe la plus révolutionnaire de l’histoire, juste devant la bourgeoisie. Le prolétariat était la classe ultime, car sa lutte déboucherait selon Marx – c’est scientifiquement prouvé par lui-même – sur la fin de l’histoire, le communisme. Dès lors, le prolétariat est entouré d’une auréole sacrée, la misère noire que subissent les individu-es englobé-es dans cette classe ne peut que les amener à se révolter. Sauf les plus miséreux-ses d’entre eux, qui, sans le savoir, sont des contre révolutionnaires pétris d’idées réactionnaires. Des sous-hommes, pardon, des sous-prolétaires.

A partir de là, le prolétariat devient le sujet révolutionnaire. Il faut se battre avec lui, pour lui. C’est en lui que réside la destruction du vieux monde. Critiquer ce prolétariat comme étant un fantôme, ou pointer du doigt de nombreuses choses parfaitement dégueulasses au sein de cette classe vous range immédiatement dans le camp de la réaction, car c’est bien connu, le monde est divisé en deux camps. Les quelques anarchistes, individualistes… qui s’y sont essayé-es n’étaient bien sûr que des petits-bourgeois. Mais moins chouettes que Engels. Mais peu importe ces empêcheurs de catégoriser en rond, la majorité des anarchistes, fortement influencé-es par Marx, a rejoint la théorie. Par, pour, et avec le prolétariat. D’où une fascination pour les usines, le progrès industriel… Plus il y a de prolos, plus le soleil radieux du communisme est proche. Le prolétaire, sujet révolutionnaire, historique et scientifique s’il vous plaît. Aujourd’hui encore, quiconque, tel-le un-e hérétique, ose émettre des critiques sur le classisme est un bourgeois. Le prolo est une figure sainte.

Malheureusement pour ces militant-es de classe, le monde est bien plus complexe, les individu-es qui le composent également. Le prolétariat a complètement échoué dans sa mission historique. Fredy Perlman disait même que le prolétariat est plus raciste que la bourgeoisie… Étonnant ? Non, pour qui n’est pas pétri d’autoritarisme de classe. Mais alors, que faire ? Il nous faut un nouveau sujet révolutionnaire sur qui reposera la Révolution.

Ce fut tour à tour les femmes, avec le mouvement féministe qui pris de l’ampleur dans les années 70, plus encore les femmes prolétaires, victimes historiques de la double exploitation. Malheureusement, le patriarcat sévit toujours, y compris chez les prolétaires et dans les milieux révolutionnaires, mais chut !

Vint alors parfois la figure du sous-prolétaire, redevenu-e humain-e. Surtout chez les insurrectionalistes, pour qui la guerre sociale, c’est forcément de la balle, du moment qu’il y a de la casse et du feu, les intentions c’est autre chose. Quand des dealers défoncent des caméras de surveillance, guerre sociale mon pote ! [un peu un comme sur ce blog pour cinglés qu’est Attaque ! 🙂 ]

Vinrent aussi les migrant-es, les jeunes de banlieue, aujourd’hui pour les plus mystiques ce sont les musulman-nes, ce sont les LGBTQ+ pour les plus progressistes, ça n’en finit jamais. Dans ce merveilleux pays, aujourd’hui le Sujet Révolutionnaire porte un gilet de couleur jaune.

Parce que sans sujet révolutionnaire, pas de révolution. Sans une
communauté de destin, opprimée, rien ne bougera. Tout est bon à prendre pourvu que ce soit des opprimé-es. Pas d’individu-es. Pas d’histoire. Rien de tout cela. La lutte des classes/LGBTQ+/anti-raciste etc etc comme vecteur unique. Le mieux est d’être femme-Lumpen-« racisée »-musulmanne-lesbienne-trans-neuroatypique-non valide, et là on est arrivé au bout du Sujet Révolutionnaire.

Caresser une communauté, donc un fantôme, dans le sens du poil brillant sous prétexte que les individu-es la formant subissent une ou des oppressions – qu’il ne s’agit aucunement de nier – n’a jamais rien changé et ne changera rien au fait que la destruction du vieux monde n’est pas une question de drague de sujets révolutionnaires qui n’existent que dans la tête de militant-es, philosophes, universitaires (parfois les 3) qui ne peuvent penser l’histoire que mécaniquement. L’insurrection des individu-es ne dépend pas d’une classe, d’un genre, d’une origine, ou d’un taux d’exploitation, d’oppression. Mais d’une rage qui naît dans le ventre de l’individu, pendant que ses potes vont au foot ou au bar, ou sont devant Netflix. D’une volonté de détruire non seulement le pouvoir, mais aussi les relations sociales, imprimées en soi depuis l’enfance. La réalité est toujours plus complexe. Il n’existe aucun sujet révolutionnaire, seulement des révolutionnaires en manque de sujets.

[Analyse] Grèce : Un entretien avec Nikos Romanos, anarchiste emprisonné

Ils sont anarchistes, donc ils sont des terroristes

La plupart des lois antiterroristes grecques ont été promulguées en 2001, après les attentats du 11 septembre aux États-Unis, par le gouvernement du PASOK (le parti socialiste grec). Leur cible principale étaient le “organisations criminelles”. En 2004, le gouvernement de Nea Démocratie (droite) a introduit l’accusation d’”organisation terroriste” et l’article 187A. Celui-ci définit quels sont la nature et les buts d’une organisation “criminelle” et d’une organisation “terroriste”, ainsi que la définition de “terroriste individuel”. Aucun acte concrète n’est nécessaire pour l’application de ces définitions, qui se basent sur les intentions et laissent une large marge de manœuvre aux juges.
Nikos Romanos a été condamné en 2014, avec d’autres compagnons, à 14 ans et 10 mois à la suite d’un double braquage dans la ville de Velvento, région de Kozani. L’accusation de faire partie de la Conspiration des Cellules de Feu n’a pas tenu, alors l’État grec les a, par la suite, condamnés pour “terrorisme individuel” (ce qui porte à des rallongements des peines écopées pour le braquage). Entre-temps, d’autres compas aussi commencent à être jugées avec cette interprétation extensive de l’article 187A. Ici un autre texte de Nikos à ce propos.

Cet entretien est tiré du journal grec Apatris et traduit en anglais par Crimethink.

Crimethink / mardi 19 mars 2019

Apatris : De quelle façon la nouvelle interprétation de la loi anti-terroriste touche ton cas ?
Nikos Romanos : Cette condamnation a un effet important pour nous, puisque cela signifie que certains d’entre nous passeront deux ou trois ans en plus en prison. Étant donné qu’on est en taule depuis plus de cinq ans, cette condamnation doit être vue comme une tentative de créer un statut de captivité permanente, basé sur loi “antiterrorisme” (art. 187A). Dans sons application, cette loi a pour but de produire le spectre de l’”ennemi intérieur”.

Des sentences déshumanisantes, une nouvelle interprétation répressive et l’application arbitraire de l’article 187A, la criminalisation de l’identité (politique) anarchiste, toutes ensemble ces mesures constituent un réseau de répression pénale qui enveloppe méthodiquement le mouvement anarchiste et ses militant.e.s emprisonné.e.s.

Cette condamnation précise ne doit pas être interprétée comme une attaque contre certains individus. Nous devons reconnaître qu’elle se situe dans la continuité de la politique antiterroriste grecque, qui a pour but de serrer un nœud coulant autour du cou de l’ensemble du mouvement anarchiste.

L’État profite du morcellement et de la manque d’analyse radicale qui caractérise le mouvement, comme la société dans son ensemble, pour intensifier ses attaques.

A. : Votre condamnation pour terrorisme individuel est la première de ce type en Grèce. L’article 187A de la loi anti-terrorisme laisse délibérément beaucoup de marge à l’interprétation de chaque juge, ce qui élargi l’arsenal que l’État a à sa disposition pour réprimer. Comment devrions-nous répondre à une loi de ce type et aux autres condamnations comme la votre, qu’on peut deviner qui suivront ?
N.R. : Ce qui donne des moyens accrus à l’État est la nature politique de la loi 187A, qui légitime toute interprétation possible de cet article. Nous avons affaire à une loi qui réalise en pratique le dogme de la « guerre au terreur » américaine. Cette loi prépare le chemin pour une chasse aux sorcières impitoyable contre les « ennemis intérieurs » et tou.te.s ceux/celles qui sont vu.e.s comme une menace pour l’État et les intérêts capitalistes.

En ce qui concerne notre réponse à ce processus, à mon avis nous devons avant tout comprendre que nous avons besoin d’un mouvement subversif organisé. Un mouvement qui soit capable de déstabiliser et de saper l’État et les plans des patrons capitalistes et de leurs pantins politiques, dans nos régions.

Pour être plus précis, nous devons commencer un processus d’auto-critique afin d’analyser nos erreurs, nos carences, nos faiblesses organisationnelles. Cette auto-critique ne doit ni nous caresser dans le sens du poil, ni laisser de la place au pessimisme et au désespoir. Notre but devrait être celui d’aiguiser la lutte subversive dans toutes les formes qu’elle peut prendre, afin de la transformer en un danger réel pour tout dirigeant. Une partie de ce processus est la reconstruction de notre mémoire historique, de façon qu’elle serve de boussole pour les stratégies de combat que nous employons. Nous devrions recommencer à parler de l’organisation de différentes formes de violence révolutionnaire, des pratiques d’illégalisme révolutionnaire et de la nécessité de les diffuser au sein du mouvement, de façon à triompher des « politiciens » (dans le sens sale et civil du terme) qui ont infecté nos milieux.

Cette discussion sera vide et sans effets si elle n’est pas connectée aux initiatives politiques des compas, afin de combler les lacunes dans notre pratique et d’améliorer nos perspectives à partir de ses conclusions. La meilleure réponse aux attaques judiciaires contre le mouvement est de faire en sorte que ceux qui les décrètent payent un coût politique élevé. Cela devrait arriver à l’entière pyramide de l’autorité – tout le monde, depuis les instigateurs politiques de la répression, jusqu’aux hommes de paille qui la mettent en œuvre, devrait partager la responsabilité pour la répression du mouvement.

Cette réponse est une partie du contexte historique général de notre époque, c’est notre proposition politique. Comme réponse aux guerres entre les nations, nous ne proposons rien de moins qu’une guerre de libération dans les métropoles capitalistes, une guerre de chacun.e contre tout ce qui est favorisé par le capitalisme.

A. : De quelle manière cette nouvelle interprétation de la loi touche les compas en dehors des murs des prisons, qui réfléchissent à s’engager dans l’action ?
N.R. : Cette décision crée un précédent vraiment négatif, qui augmentera l’ampleur de la répression pénale à l’encontre des anarchistes qui agissent et ont la malchance d’être capturé.e.s et et de devenir prisonnier.e.s de l’État grec. En substance, avec cette interprétation de la loi, ce qui est criminalisé est l’identité politique anarchiste. Dans la bouche du Procureur en Appel, ça donne : « Qu’est ce que ces actes pourraient-ils être d’autres que terroristes, puisque les accusés sont anarchistes ? ». Avec la nouvelle interprétation de « terrorisme individuel », ce n’est pas nécessaire, pour le mécanisme judiciaire, de tenter d’associer l’accusé avec l’action d’une organisation révolutionnaire, comme c’était le cas par le passé. L’identité politique de quelqu’un.e et le fait de garder une position intransigeante à son procès sont assez pour qu’une personne soit condamnée comme « terroriste individuel ». Quiconque choisisse de combattre selon les principes de l’anarchie peut donc être condamné.e en tant que terroriste, dés que ses choix la/le mettent au delà du cadre établi par la légitimité civile.

Bien entendu, cela ne doit pas diffuser le défaitisme. Au contraire, c’est une raison de plus pour intensifier notre lutte contre la domination capitaliste. Quiconque arme sa conscience pour arrêter le cycle brutal d’oppression et d’exploitation sera certainement la cible de traitements vindicatifs et autoritaires de la part du régime. Cela ne signifie pas que nous abandonnerons notre combat, dans un tribunal ou ailleurs.

Le fait que l’anarchie est ciblée par l’oppression étatique même dans un époque de reflux du mouvement devrait être source de fierté pour le mouvement anarchiste, la preuve que la lutte pour l’anarchie et la liberté est la seule façon décente de résister au totalitarisme de nos temps.

Lire la suite en cliquant ici.